Il me semble que certaines de mes toiles méritent quelques explications. Elles sont le fruit d’une souffrance…





VIOL AUTORISE - Une agression sexuelle, dont le viol, peut être commise « quelle que soit la nature des relations existant entre l'agresseur et sa victime, y compris s'ils sont unis par les liens du mariage » loi n°2006-399 du 4 avril 2006, article 222-22). La loi n°2010-769 du 9 juillet 2010 abroge définitivement la présomption de consentement des époux à l'acte sexuel.
OBSCURANTISME - Quels dieux, quels prophètes dont les préceptes allient la bonté, la tolérance, la générosité,..., Peuvent-ils conduire les hommes, adeptes de ces religions et en référence à celles-ci, à dissimuler les femmes derrière voiles, grillages,...? Sinon afin de matérialiser la supériorité de l'homme définie dans les 3 religions monothéistes?

VITRIOL - "L'Islam enseigne que les hommes sont supérieurs aux femmes" (sourate 2.228). Les tortionnaires fondamentalistes n’hésiteront pas après avoir expéditivement "jugé" la femme en "faute", à la mutiler au vitriol...

A VENDRE - La prostitution repose sur l’idée que la libido des hommes serait irrépressible et qu’il serait donc normal de mettre à leur disposition des corps – de femmes en extrême majorité – pour la satisfaire. Cette vision des rapports femmes – hommes est réactionnaire. Elle prend racine dans le vide sidéral laissé par notre société en matière d’éducation à la sexualité et à l’égalité. Cette marchandisation des corps existe aussi parce que les femmes sont les premières à subir précarité, chômage, temps partiels, bas salaires, discriminations, violences sexistes, etc.

VIOLENCE DES MOTS - Lorsque l'échange serein et le partage ne sont plus possibles, les mots agressent, avilissent et méprisent. En présence de la famille ou d'amis, destinés à rabaisser ou détruire, symbole de la domination aveugle, dans la grande majorité des cas, de l'homme sur la femme.

FORCE BRUTE - Le poing au bout du bras tendu, dur et violent, symbole phallique du guerrier sommeillant dans le mâle triomphant. Une femme pour "esclave", obéissante et soumise!

FEMME MUSELEE - Il ne s'agit pas du cocon, prélude à nouvelle naissance, mais d'une toile tissée par des années d'éducation aliénante ou enfermée, étouffée, la femme s'étiole et disparaît!

PRISE DE TETE - A la fois épouse et mère, s'occupant de son mari, des enfants, souvent responsable du foyer, il ne reste plus de place pour le féminin en elle. Des siècles de domination masculine et une perpétuelle "prise de tête" face à tous les problèmes induits.



Induis par l'éducation, les traumatismes subits dans l"enfances, la maladie, les choix et


MERE DE SECHERESSE - Le regard qui se détourne, la caresse oubliée d'une mère de sécheresse, les bras qui jamais ne se serrent. Puis ce sentiment d'abandon, inexorablement s'installe.

CAUCHEMARS - Nuits de solitude ou de peurs que jamais le baiser du soir ne viendra apaiser. Peurs véhiculées par l"éducation répressive. Peur de l'oeil divin qui voit tout et puni, maisons hantées, Êtres maléfiques et cette inconnue, la Mort, qui rode!

PREDATEUR - La lâcheté et la soif de domination conduisent inexorablement le "prédateur" vers les victimes innocentes les arrachant du monde fragile de l'enfance.

POINGS SERRES - La colère et la peur mêlées, la crainte de l'adulte agresseur qui se dissimule parfois derrière le masque affectueux du membre de la famille.

BIDOCHE - Dans la société marchande, le corps féminin est réduit à un simple instrument de séduction ou à un objet de désir. la femme est seulement présente pour attirer le regard, elle ne joue qu'un rôle de provocation. Elle en est réduite à exhiber son corps pour attirer l'attention. Le corps de la femme que l'on prive de sa dignité, n'est rien d'autre que de la "bidoche" sur l'étal du libéralisme économique.

CROYANCES MEURTRIERES - Frustrations induites par une éducation judéo-chrétienne aliénante, conditionnant une vie future faite de non-dits. Responsable de toutes les fautes après avoir commis 'la faute" originelle. Tout accable la femme et elle en paie le prix fort.

RE-NAISSANCE - Il ne suffit pas de sortir d'un ventre, il reste à vivre! Ecrasé dans le gouffre noir des secrets qu'il faut taire, "l'être" reste à naître et c'est une main tendue, la caresse d'un regard, des mots d'amour pour calmer les maux, engendrant la graine, qui au fil des rencontres fera s'éclore le fruit.

LA DOULEUR - Lorsqu'"elle" ne m'empêche pas de dormir, le matin au réveil, je sens en moi "sa" présence discrète qui peu à peu envahie mon ventre, torture mon dos jusqu'à emplir tout mon être. Je voudrais tant qu'elle me laisse en paix, mais son appétit anthropophage est sans limite. Alors, sans répit, "elle" accompagne ma vie.

LIBRE ARBITRE - Etre maître de ses choix de ses désirs, les assumer sereinement, prendre garde à ne pas empiéter sur la liberté d'autrui et toujours trouver la force de dire "NON"! Choisir sa vie, user de son libre arbitre dans tous les domaines, tous les sujets y compris les plus ultimes



VOLUPTE - Sortir d'une antre mystérieuse, dans son élégante tenue, ondulant au soupir du vent léger. Démarche souple, sourire énigmatique, voluptueux.

MATRICE Dés la naissance, à peine expulsée de sa matrice, reliée au cordon ombilical, fleur à peine éclose, elle s'ouvre pour évoluer dans un univers d'errance qui l'entraîne vers sa propre mort.


Peinture & Expression © 2011 Contact